Le sexe à tous les coins de rue : pourquoi ce n’est pas normal

Le sexe est partout. Le sexe est tellement partout qu’on finit par penser qu’il s’agit de quelque chose de banal, ou de facile d’accès.
Dans les publicités, à tous les coins de rue
Dans la musique, dans les clips
Dans les films
L’aboutissement, l’objectif d’une action ou d’une personne (dans un film) est souvent une relation avec quelqu’un d’autre, relation qui se conclut (rapidement) par un rapport sexuel.
Sur internet, on accède en 2 clics à toutes les images pornographiques correspondant à tous les désirs, des plus répandus aux plus singuliers.
Il est même possible aujourd’hui grâce aux sites de rencontres de verbaliser des propositions ou des demandes sexuelles au bout de quelques messages échangés avec un(e) inconnu(e), quand il ne s’agit pas du premier message reçu (ou envoyé). Certaines personnes abordent même ce sujet avec plus de facilité que pour inviter quelqu’un à prendre un café ou à aller ensemble au cinéma.

Sans compter que je parle ici des sites de rencontres, qui ont au moins en rapport avec le sexe le fait qu’ils ont pour but de permettre des rencontres entre deux personnes recherchant une relation sentimentosensuelle. Je n’aborde même pas le fait que ce type de discussions ou de déclarations peut maintenant carrément s’inviter dans nos messageries facebook, instagram, ou autre, sans plus de retenue que cela. Encore plus basiquement, cela arrive aussi dans la rue, quand le premier inconnu croisé se permet de vous faire des allusions ou des déclarations sexuellement explicites, sans même vous dire bonjour, comme si c’était normal. Comme si tous ces comportements étaient normaux. Comme si le sexe était une chose banale.
Accessoirement, si on s’arrête un instant, qu’on appuie sur le bouton pause de cette espèce de frénésie pour prendre un peu de recul, on ressent immédiatement (pas forcément rapidement, mais immédiat au sens de quelque chose qui s’impose à vous, comme un élément de vérité donné et non réfléchi), que le sexe implique un certain nombre de choses tout sauf simples.
La nudité
L’intimité
Toucher la peau de quelqu’un d’autre
Que quelqu’un d’autre touche notre peau
Toucher les muqueuses de quelqu’un d’autre (et vice versa)
Être en contact avec ses fluides corporels
Avec les mains, les doigts,
La langue
Le sexe
Mettre son sexe, un organe, un bout de soi, à l’intérieur d’une autre personne
Recevoir en soi, à l’intérieur de son corps, le sexe, un bout du corps de quelqu’un d’autre

Est-ce que c’est simple ? Formulé comme ça, est-ce que ça a l’air de quelque chose de banal ou de quelconque ou d’anodin ? Est-ce que c’est facile ?
Est-ce qu’on ferait ça avec la première personne venue ? Au bout de quelques heures ? N’importe où ? N’importe comment ?
Seriez-vous prêt à faire ça avec autant de personnes que celles avec qui vous pourriez prendre un café ?
Pas moi
J’ai longtemps eu du mal à saisir cet aspect « sacré » que certains associent au sexe, comme autour de la première fois par exemple. Je voyais ça comme un ensemble de pressions dont je pensais être libérée.
Aujourd’hui, je pense que le sexe rassemble énormément de choses qui sont importantes. Je pense que cet aspect de ma vie, de mes relations, de ma corporéité, est particulier, et qu’il s’agit de quelque chose de précieux. C’est un espace que je veux protéger et préserver.
Le sexe n’est pas quelque chose d’anodin, ni de facile.

Illustration :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.