EXPO – Art & corps de femmes : le collectif Gloria en a Ras la moule de la censure

Auto-censure, de l’artiste franco-portugaise Alexandra De Assunçao, @alexandra.deassuncao, oeuvres présentées lors de l’exposition Ras la moule de la censure, du 4 au 9 septembre à Marseille

L’événement féministe a eu lieu du 4 au 9 septembre à Marseille, au local Marseille 3013, situé rue de la République. Au programme ? Une sublime exposition sur le thème de la censure des corps féminins dans le travail artistique, mais aussi des tables rondes et des ateliers préparés avec soin par le collectif Gloria. L’exposition devrait également se tenir à Paris, avec un teasing en novembre au Studio, dans le 9e arrondissement, puis pour une durée plus longue courant 2021. Les détails organisationnels de l’événement parisien restent à préciser, du fait de la crise sanitaire.

Continuer la lecture de « EXPO – Art & corps de femmes : le collectif Gloria en a Ras la moule de la censure »

DANSE – Maria Kochetkova, coup de coeur et déclic

Depuis toute petite, je suis fascinée par la danse classique. Une passion qui a pris une toute autre ampleur lorsque je suis tombée sur ce portrait vidéo de la danseuse Maria Kochetkova, alors que j’étais lycéenne. Un véritable déclic pour moi : non, il n’était pas trop tard pour commencer la danse ; non, je n’étais pas trop petite (je fais 1m56, et Maria Kochetkova fait 1m52). Oui, c’était une erreur d’attendre plus longtemps et de ne pas oser m’inscrire à un cours de danse classique.

Continuer la lecture de « DANSE – Maria Kochetkova, coup de coeur et déclic »

La sexualité en Ehpad : libérée ou taboue ?

“Est-ce que vous pourriez parler des sextoys ?” C’est une dame âgée de 72 ans qui pose cette question au sexologue spécialisé en gérontologie Sébastien Landry, lors d’une conférence. Cette femme explique qu’elle a eu son premier orgasme à 65 ans, grâce à un vibromasseur. Selon une étude Statista réalisée en 2019, 30% des femmes sexagénaires ont déjà eu recours à un sextoy.

Continuer la lecture de « La sexualité en Ehpad : libérée ou taboue ? »